Introduction La carcinose péritonéale correspond à l’implantation de nodules tumoraux ou métastases au niveau du péritoine. De nombreux cancers digestifs peuvent disséminer au niveau du péritoine, et l’atteinte péritonéale marque généralement un tournant dans l’évolution de la maladie, peu accessible à un traitement curatif, conduisant au décès du patient. Ces vingt dernières années, une nouvelle stratégie thérapeutique associant une chirurgie de cytoréduction complète suivie d’une chimio­hyperthermie intrapéritonéale (CHIP), a permis d’améliorer la survie de certains de ces patients. Cette technique, les modalités, les indications et les résultats sont actuellement bien mieux connus, permettant de structurer et de standardiser la prise en charge de ces patients. Ce travail a pour but d’exposer les principes, modalités et résultats de cette stratégie thérapeutique, et de définir au mieux les indications actuelles, les patients candidats à ce traitement, ainsi que les perspectives. Principes et modalités : chirurgie de cytoréduction complète suivie de CHIP Mécanismes d’action Le concept du traitement curatif de la carcinose péritonéale est de traiter la maladie visible (macroscopique) par la chirurgie, puis la maladie résiduelle invisible (microscopique) par un bain de chimiohyperthermie intrapéritonéale (CHIP). La cytoréduction chirurgicale complète est indispensable avant de réaliser la chimiothérapie intrapéritonéale puisque la pénétration tissulaire des molécules de chimiothérapie est limitée à quelques couches de cellules [1, 2]. Le bain de chimiothérapie ne peut traiter qu’une maladie résiduelle infra-millimétrique ou ­millimétrique (Tableau I) et doit être réalisé immédiatement après la chirurgie, avant que les cellules tumorales résiduelles ne soient…