Introduction L’incidence des symptômes fonctionnels de la chirurgie sus mésocolique varie selon le type de chirurgie. Aujourd’hui, les opérations de chirurgie bariatrique, sleeve gastrectomie (SG), by-pass gastrique en Y selon Roux (RYGB) et anneau gastrique (AG), constituent la grande majorité des gestes chirurgicaux. Viennent ensuite la chirurgie œso-gastrique carcinologique, puis les fundoplicatures pour reflux gastro-œsophagien (RGO) résistant à un traitement médical bien conduit. Ces symptômes fonctionnels peuvent avoir un fort retentissement pour les patients d’autant que leur traitement est souvent difficile. Avant le geste, il est important de prévenir les patients des symptômes pouvant survenir après la chirurgie. Devant des symptômes post opératoires de type dysphagie ou douleur abdominale, il faut d’abord pratiquer des examens morphologiques, endoscopie œso-gastro-duodénale et/ou imagerie digestive haute opacifiée (TOGD ou scanner) afin d’éliminer des complications mécaniques comme une sténose, une fistule ou une ulcération anastomotique. Les complications fonctionnelles ne sont envisagées qu’une fois ces lésions éliminées. Données épidémiologiques sur les indications opératoires Aujourd’hui, les interventions de chirurgie bariatrique dominent très largement les indications. Il faut noter qu’il s’agit de patients que nous sommes amenés à voir avant la chirurgie, car il est recommandé par l’HAS de pratiquer une gastroscopie et un dépistage d’Helicobacter pylori avant la chirugie [1]. En France en 2013, 550 000 personnes avaient une obésité morbide et 42 815 ont été opérées (indication : IMC ≥ 40 kg/m2 ou bien avec un IMC ≥ 35 kg/m2 associé à une comorbidité susceptible d’être améliorée par la chirurgie).…