Abréviations : EBOendobrachyoeosphageEOGDendoscopie oeso-gastroduodénaleDBGdysplasie de bas gradeDHGdysplasie de haut gradeMImétaplasie intestinaleIMCindice de masse corporelNBInarrow band imagingFICEfuji intelligent chromo endoscopypCLEprobe-based confocal laser endomicroscopy  L’endobrachyœsophage (EBO) est une lésion acquise et bénigne dont le principal risque est l’évolution vers un adénocarcinome. L’endoscopie œso-gastroduodénale (EOGD) joue un rôle majeur dans le diagnostic, l’évaluation et le traitement de cette lésion précancéreuse. L’efficacité du dépistage et de la surveillance endoscopique dépend de la qualité de l’examen endoscopique. Les différentes techniques d’analyse de la muqueuse œsophagienne sont en pleine évolution et ont pour objectif de : 1/ augmenter la détection des anomalies de relief de la muqueuse œsophagienne durant le dépistage et la surveillance d’un EBO, 2/ guider le traitement endoscopique en définissant précisément les limites latérales de la lésion et en estimant son extension en profondeur, et 3/ prédire l’histologie en faisant un diagnostic durant la procédure endoscopique. Définition et classifications Définition L’endobrachyœsophage ou « œsophage de Barrett » L’endobrachyœsophage a été décrit pour la première fois en 1950 à Londres [1]. Il est défini par la présence d’une métaplasie, c’est-à-dire par la transformation progressive de l’épithélium malpighien stratifié du bas de l’œsophage en épithélium glandulaire de type cylindrique. Selon le consensus international de Montréal, la forme typique de l’EBO est une métaplasie intestinale avec un épithélium contenant un contingent de cellules caliciformes [2]. La métaplasie gastrique, selon un avis d’experts, ne suffit pas à définir un EBO. Physiopathologie La physiopathologie de l’EBO est mal…