Mots-clés : sténose biliaire, diagnostique, cholangiocarcinome Les sténoses de la voie biliaire principale (VBP) peuvent être d’origines diverses (inflammatoire, tumorale, ischémique, traumatique…). Pour les sténoses siégeant dans le segment cholédocien intra ou rétropancréatique (sténoses distales), c’est l’adénocarcinome du pancréas qui doit être suspecté en premier lieu. La tumeur est presque constamment visualisée en tomodensitométrie ou en échoendoscopie. La ponction sous échoendoscopie fait le diagnostic ; le bilan d’extension pose peu de problèmes et les techniques d’exploration endolu­minale ont peu d’intérêt ; ce sujet ne sera pas développé. Les sténoses biliaires suprapancréatiques (sténoses médianes et proximales) posent en revanche de nombreux problèmes à la fois de diagnostic de nature, de staging en cas de néoplasme et de choix thérapeutique. Le principal diagnostic à éliminer est celui de cholangiocarcinome. Ces tumeurs malignes sont rares (3 % des cancers digestifs) mais elles ont un pronostic qui reste très péjoratif, comparable à celui des adénocarcinomes pancréatiques. La chirurgie est le seul traitement susceptible d’être curatif mais même après une résection R0 la survie à 5 ans est évaluée entre 10 et 40 % suivant les études. En cas de résection R1 ou d’envahissement ganglionnaire la survie à 5 ans est respectivement < 10 % et < 5 %. Un geste chirurgical à visée curative est par ailleurs rarement possible du fait des problèmes de résécabilité. Les extensions vasculaires (veine porte, artères hépatiques) et l’extension en hauteur dans les voies biliaires vont être déterminantes. La chirurgie est lourde…