Introduction Le cathétérisme bilio-pancréatique rétrograde par voie endoscopique garde une place prépondérante dans la prise en charge thérapeutique des pathologies biliaires et pancréatiques dominées par la maladie lithiasique et les sténoses tumorales. Ses complications sont désormais bien connues et largement dépendantes de la complexité de la procédure et des données individuelles du patient. Pour le praticien qui doit poser l’indication d’un cathétérisme il paraît essentiel de bien connaître ces risques et leur gestion. Les séries prospectives et rétrospectives rapportent des taux globaux de complications après cathétérisme rétrograde compris entre 5 et 9 %, ces complications étant dominées par le risque de pancréatite aiguë et d’hémorragie après sphinctérotomie. La mortalité liée aux complications du cathétérisme bilio-pancréatique est rare chiffrée à 0.33 % sur des études déjà anciennes [1, 2]. Le risque est probablement inférieur actuellement grâce aux améliorations techniques et aux mesures prophylactiques récentes. Complications infectieuses Elles sont liées à la contamination de la bile par les bactéries digestives au cours des manœuvres endoscopiques du cathétérisme rétrograde. Les germe responsables les plus fréquents sont les entérobactéries (Escherichia coli et Klebsiella), les Streptocoques alpha hémolytiques, le Pseudomonas aeruginosa, les Entérocoques, et le Staphylocoque epidermidis. En général un seul germe est identifié. Les contaminations bactériennes directes par des endoscopes infectés restent l’exception si les recommandations de décontamination sont scrupuleusement respectées. Néanmoins récemment plusieurs cas aux ÉtatsUnis d’infection par des bactéries multi-résistantes dans les suites de cathétérismes rétrogrades ont été rapportés. Ces contaminations paraissent…