Fréquence et pronostic des cancers digestifs

Depuis une vingtaine d’années, les épidémiologistes portent un intérêt particulier aux cancers digestifs. Ceci tient à la fois à leur fréquence et à leur gravité. Dans ce contexte, les études épidémiologiques représentent un moyen de faire évoluer cette situation inquiétante. Les données d’épidémiologie descriptive permettent de connaître la fréquence de la maladie, des variations survenues au cours du temps et d’identifier les groupes à risque. Ces données sont également utiles pour faire des hypothèses à visée étiologique, pour concevoir et analyser les enquêtes ayant pour but d’identifier les causes des cancers, pour définir et évaluer les programmes de prévention. Le but de ce travail est de faire le bilan des connaissances actuelles sur l’épidémiologie des cancers digestifs en France.

Les registres de cancers: une source d’information essentielle

Les registres de cancers sont des outils privilégiés pour étudier les caractéristiques épidémiologiques des cancers digestifs et évaluer les orientations politiques et sanitaires prises pour améliorer leur prise en charge. Le Comité National des Registres les a définis comme des structures épidémiologiques qui réalisent l’enregistrement continu et exhaustif des cas d’une pathologie donnée dans une région géographique donnée, et qui, à partir de cet enregistrement effectuent seules ou avec d’autres équipes, des études ayant pour objectif d’améliorer les connaissances concernant cette pathologie [1].

Le plus ancien registre de cancer, celui du Connecticut, a été créé en 1936. En Europe, le premier registre, celui du Danemark, a commencé à fonctionner en 1942. Les premiers registres français ont été créés entre 1975 et 1978 dans les départements du Bas-Rhin, de la Côte-d’Or, du Doubs, du Calvados et de l’Isère. En métropole, 10 registres généraux ont été qualifiés par le Comité National des Registres (Bas-Rhin, Calvados, Doubs, Haut-Rhin, Hérault, Isère, Loire-Atlantique/Vendée, Manche, Somme, Tarn) et 8 registres spécialisés (incluant 3 registres de cancers digestifs (Calvados, Côte-d’Or et Finistère). Il y a près de 200 registres de cancers dans le monde. Malheureusement, leur répartition géographique n’est pas homogène. La plupart des registres se situent en Amérique du Nord et en Europe.

Place des cancers digestifs parmi les cancers en France

L’estimation de l’incidence des cancers digestifs pour la France entière en 2000 a été faite à partir des données de 11 départements français. Elle a été réalisée par une modélisation basée sur le fait qu’il existe une relation entre mortalité et morbidité [2]. Le rapport mortalité/morbidité est calculé pour l’ensemble des registres et appliqué aux départements sans registre. Cette méthode permet d’estimer l’incidence au niveau national et dans chaque région ou chaque département. Son intérêt tient au fait que l’on n’utilise pas directement l’incidence observée dans les registres. Il n’est donc pas nécessaire qu’ils soient représentatifs de la population française. Son inconvénient tient au fait que la qualité des données de mortalité doit être proche dans les différentes régions françaises. L’imprécision des certificats de décès ne permet pas d’étudier séparément le cancer du côlon du cancer du rectum.
En 2000, le nombre estimé de nouveaux cas de cancers en France était de 278000 [2]. Les cancers digestifs représentaient 22% des cancers chez l’homme, 20% chez la femme. Le cancer colorectal se situait au troisième rang des cancers (14% des cancers pour chacune des localisations) (fig. 1). Avec le cancer du sein, le cancer de la prostate et le cancer du poumon, il représentait 60% des cancers. Le cancer de l’estomac se situait au 10e rang (3% des cas). Chez l’homme, le cancer de la prostate était le plus fréquent (25% des cas), suivi du cancer du poumon (14% des cas), et du cancer colorectal (12% des cas). Chez la femme, le cancer du sein se situait au 1er rang (36% des cas), suivi du cancer colorectal (14% des cas).

Fréquence des cancers digestifs en France

En 2000, le nombre annuel de nouveaux cas de cancers digestifs (hors cancers des voies biliaires et de l’intestin grêle) était de 35706 chez l’homme et de 23508 chez la femme (tableau I). Pour les deux sexes réunis, le cancer colorectal correspondait à 61% des cancers digestifs. Venaient ensuite le cancer de l’estomac (12% des cas), le cancer primitif du foie (10% des cas), le cancer de l’œsophage (10% des cas), le cancer du pancréas (8% des cas). Tous les cancers digestifs étaient caractérisés par une prédominance masculine. Le sex ratio calculé sur les taux standardisés d’incidence était élevé pour le cancer de l’œsophage: 6,2 et pour le cancer primitif du foie: 7,3. Il était de 1,6 pour le cancer colorectal et de 2,6 pour le cancer de l’estomac.
Les données d’incidence permettent de situer la France parmi d’autres régions du monde couvertes par un registre de cancers [3]. Pour le cancer colorectal, notre pays se situe dans les régions à risque élevé avec des taux voisins de ceux des autres registres d’Europe occidentale et du Japon (qui n’est plus un pays à bas risque). Les taux d’incidence sont un peu plus bas qu’aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Le cancer colorectal est plus rare en Amérique du Sud, en Asie et surtout en Afrique. La France est également une région à risque élevé de cancer de l’œsophage chez l’homme, alors qu’elle se situe dans les régions à bas risque chez la femme. Des taux encore plus élevés ont été rapportés en Chine du Nord, sur le littoral de la mer Caspienne et dans le Sud-Est de l’Afrique. Pour le cancer du pancréas, les taux d’incidence varient peu d’une région du monde à l’autre. Par contre, le cancer primitif du foie est fréquent en Asie et en Afrique, rare dans la plupart des pays d’Europe Occidentale, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. La France représente une zone à risque intermédiaire avec les autres pays d’Europe latine entre les régions à haut risque et les régions à bas risque.

Distribution géographique des cancers digestifs

Les données d’incidence issues de chaque registre permettent de comparer entre eux les départements couverts par un registre de cancers et de rechercher d’éventuelles disparités de la répartition géographique [4].
Les taux d’incidence du cancer colorectal étaient un peu plus élevés en Alsace dans les 2 sexes que dans le reste de la France. Pour les autres départements, les variations d’incidence étaient peu marquées (tableau II). Pour le cancer de l’estomac, les taux d’incidence variaient dans un rapport de 1 à 2. Ils avaient tendance à être un peu plus faibles dans les registres situés au sud de la France (Tarn, Hérault). C’est pour le cancer de l’œsophage que les disparités d’incidence sont les plus marquées. Le Calvados et à un moindre degré la Somme sont les départements avec le risque le plus élevé. Le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Côte-d’Or et le Doubs, représentent des départements à risque intermédiaire, l’Isère, l’Hérault et le Tarn des départements à faible risque. Les cancers de l’œsophage chez l’homme sont près de 5 fois plus fréquents dans le Calvados que dans le Tarn.
C’est dans le Bas-Rhin que l’incidence du cancer primitif du foie est la plus forte dans les deux sexes (tableau III). Viennent ensuite la Côte-d’Or et le Calvados. Les taux d’incidence sont plus bas dans les départements situés au Sud de la Loire. Pour les cancers de la vésicule et des voies biliaires et les cancers du pancréas, les taux d’incidence varient dans un rapport de 1 à 2 entre les départements à risque élevé (Bas-Rhin, Côte-d’Or et Somme) et les départements à risque le plus faible (Hérault, Tarn, Isère).

Evolution de l’incidence des cancers digestifs

Le réseau des registres de cancers français a réalisé une estimation de l’incidence des cancers entre 1980 et 2000 [2]. Le nombre estimé de nouveaux cas pour les cancers de l’œsophage, de l’estomac, du côlon-rectum, du foie et du pancréas est donné dans le tableau IV. Le nombre annuel de nouveaux cas de cancer colorectal a augmenté de manière nette passant de 23967 en 1980 à 36257 en 2000. On observe également une augmentation du nombre de cas de cancer du pancréas et surtout de cancer primitif du foie. Il apparaît que le nombre de cas de cancer de l’estomac continue à diminuer, ainsi que celui du cancer de l’œsophage. Les tendances sont les mêmes dans les 2 sexes, sauf pour le cancer de l’œsophage qui diminue chez l’homme et augmente légèrement chez la femme.
Des données plus fragmentaires permettent d’analyser l’incidence sur les différents segments du cadre colique [5]. Par exemple, en Côte-d’Or, au cours des 20 dernières années, l’incidence du cancer du rectum a diminué, puis s’est stabilisée, alors que celle du cancer du côlon a augmenté. L’augmentation était plus marquée pour les cancers du côlon droit que pour les cancers du côlon gauche. Ces données suggèrent que dans la conception et l’analyse des enquêtes à visée étiologique, il faut distinguer les cancers du côlon droit, du côlon gauche et du rectum, leurs causes pouvant au moins en partie être différentes. Des données similaires ont été rapportées dans d’autres registres d’Europe occidentale. Des travaux récents de biologie moléculaire suggèrent aussi que ces 3 localisations se distinguent en partie par le type d’anomalie chromosomique dans les cancers.
L’incidence du cancer colorectal a augmenté dans la plupart des pays du monde au cours des dernières décades. Cette augmentation a été particulièrement spectaculaire au Japon qui se situe maintenant dans les pays à haut risque. En contraste, les données américaines les plus récentes font apparaître une légère diminution de l’incidence du cancer colorectal. Il apparaît qu’en une dizaine d’années, il est possible de modifier de manière importante le risque de cancer colorectal.
Parmi les tendances significatives, il faut signaler l’augmentation de l’incidence des adénocarcinomes de l’œsophage. Cette tendance a été constatée depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis et en Angleterre. Ce phénomène s’est produit beaucoup plus récemment en France. Entre 1978 et 1987, les adénocarcinomes représentaient 6% des cancers de l’œsophage chez l’homme. Cette proportion est passée à 9% entre 1988 et 1990, puis 17% entre 1991 et 1993 [6]. Une tendance similaire a été observée chez la femme. Les raisons de ce phénomène sont mal connues. Il apparaît nécessaire d’entreprendre des enquêtes à visée étiologique.

Pronostic des cancers digestifs

Les données sur la survie des cancers digestifs provenant de centres spécialisés permettent mal d’évaluer le pronostic de ces cancers. Ces séries ont un recrutement entaché de biais de sélection qui font qu’elles ne sont pas représentatives de la situation réelle. Les registres de cancers, qui collectent tous les cas diagnostiqués dans une population bien définie, représentent un moyen privilégié pour connaître la survie des cancers digestifs.
L’enquête EUROCARE qui inclut les registres de cancers de 17 pays européens apporte des résultats d’un grand intérêt [7]. Les taux de survie relative à 5 ans (corrigés de la mortalité non due au cancer parmi les cancers du tube digestif pour la période 1992-1994, sont donnés dans le tableau V. L’enquête EUROCARE a fait apparaître entre les pays européens, des disparités d’une ampleur insoupçonnée. Les taux de survie relative à 5 ans varient entre 3% et 14% pour le cancer de l’œsophage, entre 13% et 30% pour le cancer de l’estomac, entre 30% et 60% pour le cancer du côlon et entre 30% et 59% pour le cancer du rectum. La France se situe parmi les pays ayant les meilleurs taux de survie. Ceci témoigne de la qualité du système de santé. Par contre, les taux de survie sont plus bas en Grande-Bretagne et au Danemark et surtout dans les pays d’Europe de l’Est. Des enquêtes ponctuelles sont en cours pour comprendre les différences observées. Les premiers résultats suggèrent qu’elles s’expliquent en grande partie par les différences dans le stade de diagnostic, sans doute liées à un accès plus ou moins rapide au système de soins [8, 9].

Le pronostic des cancers du tube digestif s’est amélioré au cours du temps. Les taux de survie relative à 5 ans estimés pour la France pour les périodes 1978-1980 et 1992-1994 sont donnés dans le tableau VI. Les progrès ont été particulièrement marqués pour le cancer du côlon et du rectum dont le taux de survie relative est passé en une quinzaine d’années de 40% à 60%. L’amélioration du pronostic du cancer de l’estomac s’explique essentiellement par la diminution de la mortalité opératoire [10]. L’opérabilité ou le stade diagnostic ne se sont pas améliorés de manière significative. Pour les cancers du côlon et du rectum, les travaux menés dans le Calvados et en Côte-d’Or indiquent qu’interviennent à la fois la diminution de la mortalité opératoire, l’augmentation du taux de résécabilité et l’amélioration du stade de diagnostic [11, 12]. Plus récemment, la chimiothérapie adjuvante dans les stades 3 de la classification TNM a aussi joué un rôle. De nouveaux progrès pourraient venir du développement de traitements adjuvants ou palliatifs plus efficaces ou d’une politique nationale de dépistage du cancer colorectal.

Conclusion

Les données des registres de cancers sont indispensables pour connaître l’incidence, le pronostic et les pratiques de soins et déterminer leur évolution au cours du temps. Les résultats obtenus soulignent la fréquence des cancers digestifs. Leur incidence a beaucoup évolué au cours des 25 dernières années. Elle augmente pour le cancer colorectal, le cancer du pancréas et surtout le cancer primitif du foie et elle diminue pour le cancer de l’estomac et le cancer de l’œsophage. Le pronostic des cancers digestifs s’est amélioré surtout pour le cancer colorectal. Mais des progrès sont encore nécessaires. De nouvelles chimiothérapies apparaissent, l’immunothérapie et la thérapie génique font naître beaucoup d’espoirs et la résécabilité s’améliore. Il faut mobiliser les cliniciens pour qu’ils participent aux essais thérapeutiques permettant d’avoir rapidement une réponse sur l’effet de nouveaux traitements. Le développement d’une politique de dépistage du cancer colorectal, pour laquelle on dispose maintenant de tous les éléments nécessaires pour la mettre en place, doit permettre de nouveaux progrès.

 

 

Tableau I
ESTIMATION DE LA FRÉQUENCE ET DE L’INCIDENCE DES CANCERS DIGESTIFS
EN FRANCE EN 2000.

 Incidence*Nombre de cas
 HommesFemmesHommesFemmes
Côlon-rectum39,124,619 43116 826
Estomac9,03,44 5202 606
Œsophage9,31,54 040928
Pancréas5,52,92 701 2 186
Foie11,01,55 014962

*Taux pour 100 000 habitants, standardisé selon la population mondiale.

 

Tableau II
INCIDENCE DES CANCERS DU TUBE DIGESTIF SELON LE SEXE
DANS 11 DÉPARTEMENTS*.

 Côlon-rectumEstomacŒsophage
 HFHFHF
Bas-Rhin 49,425,612,54,313,81,0
Calvados 39,924,511,64,917,01,9
Côte-d’Or 36,421,09,03,111,01,1
Doubs 38,624,19,53,79,71,2
Haut-Rhin 45,3 21,614,14,912,11,1
Hérault 31,622,27,73,26,21,5
Isère 39,925,810,1 4,67,6 1,3
Manche 32,081,413,95,913,91,0
Saône-et-Loire 42,824,611,53,910,30,6
Somme 34,119,49,54,117,11,9
Tarn 36,3 21,86,42,34,90,9

* Taux pour 100 000 habitants standardisés selon la population mondiale de référence (période 1993-1997).

 

Tableau III
INCIDENCE DES CANCERS DU FOIE, DU PANCRÉAS ET DES VOIES BILIAIRES
SELON LE SEXE DANS 11 DÉPARTEMENTS*.

 FoiePancréas
 H F H F
Bas-Rhin 11,71,76,82,8
Calvados 9,21,95,53,2
Côte-d’Or 9,91,45,93,2
Doubs 9,11,17,12,3
Haut-Rhin 11,02,25,94,3
Hérault 4,20,7 7,11,8
Isère 11,42,04,14,1
Saône-et-Loire 7,60,56,64,1
Somme 7,20,94,22,1
Tarn 3,81,44,72,4

* Taux pour 100 000 habitants standardisés selon la population mondiale de référence (période 1993-1997).

 

 

Tableau IV
EVOLUTION DU NOMBRE ANNUEL DE CAS DE CANCERS DIGESTIFS EN FRANCE.

 198019902000
Œsophage 5 4575 1474 968
Estomac 8 7217 9517 126
Côlon-rectum 23 96729 61736 257
Pancréas 2 8233 6704 887
Foie 1 9563 4645 976

 

 

Tableau V
COMPARAISON DES TAUX DE SURVIE RELATIVE À 5 ANS
DES CANCERS DU TUBE DIGESTIF EN EUROPE (PÉRIODE 1992-1994).

 ŒsophageEstomacColonRectum
Allemagne 12 %30 %55 %52 %
Angleterre 10 %14 %47 %46 %
Danemark 5 %13 %47 %45 %
Espagne 14 %30 %56 %52 %
Estonie 4 %20 %40 %32 %
Finlande 8 %25 %55 %51 %
France 11 % 26 %60 %59 %
Italie 9 % 27 %53 %50 %
Hollande 9 %21 %54 %55 %
Norvège 6 %20 %53 %55 %
Pologne 4 %13 %30 %30 %
Portugal22 %44 %41 %
Slovaquie 3 % 15 %43 %32 %
Slovénie 6 %18 %40 %36 %
Suède 9 %19 % 54 % 55 %
Suisse 13 %30 %56 % 57 %

Tableau VI
EVOLUTION DU PRONOSTIC DES CANCERS DIGESTIFS EN FRANCE
(TAUX DE SURVIE RELATIVE À 5 ANS).

 1978-1980 1992-1994
Œsophage 4 %11 %
Estomac 19 %26 %
Côlon 41 %60 %
Rectum 39 % 59 %
Foie8 %
Pancréas 2 %4 %

 

 

RÉFÉRENCES

1. Comité National des Registres. Rapport d’activité 1996-1999. Inserm Paris 2000.
2. REMONTET L, ESTÈVE J, BOUVIER AM, et al. – Cancer incidence and mortality in France over the period 1978-2000. Rev Epidemiol Santé Publ (sous presse).
3. PARKIN DM, WHELAN SL, FERLAY J, RAYMOND L, YOUNG J. – Cancer incidence in five continents. Vol VII. IARC Scientific Publications n° 143, 1997.
4. BENHAMICHE AM, COLONNA M, APTEL I, et al. – Estimation de l’incidence des cancers du tube digestif par région. Gastroenterol Clin Biol 1999; 23: 1040-1047.
5. MITRY E, BENHAMICHE AM, COUILLAULT C, ROY P, FAIVRE-FINN C, CLINARD F, FAIVRE J. – Effect of age, period effects on large bowel cancer incidence. Eur J Cancer Prev 11: 529-534.
6. LIABEUF A, FAIVRE J. – Time trends in oesophageal cancer incidence in Côte-d’Or (France), 1976-93. Eur J Cancer Prev 1997; 6: 24-30.
7. BERRINO F, CAPOCACCIA R, ESTÈVE J, GATTA G, HAKULINEN T, MICHELI A, SANT M, VERDECCHIA A. – Survival of cancer patients in Europe: the Eurocare 2 study. IARC Scientific Publication n° 151, Lyon, 1999.
8. GATTA G, CAPOCACCIA R, SANT M, BELL CM, COEBERGH JW, DAMHUIS RA, FAIVRE J, et al. – Understanding variations in survival for colorectal cancer in Europe: a EUROCARE high resolution study. Gut 2001; 47: 533-8.
9. MONNET E, FAIVRE J, RAYMOND L, GARAU I. – Influence of stage at diagnosis on survival differences for rectal cancer in three European populations. Br J Cancer 1999; 81: 463-468.
10. MSIKA S, TAZI MA, BENHAMICHE AM, COUILLAULT C, HARB M, FAIVRE J. – Population-based study of diagnosis, treatment and prognosis of gastric cancer. Br J Surg 1997; 84: 1474-1478.
11. FINN-FAIVRE C, MAUREL J, BENHAMICHE AM, HERBERT C, MITRY E, LAUNOY G, et al. – Evidence of improving survival of rectal cancer in France. A population-based study. Gut 1999; 44: 377-81.
12. FAIVRE-FINN C, BOUVIER-BENHAMICHE AMM, PHELIP JM, MANFREDI S, DANCOURT V, FAIVRE J. – Colon cancer in France: evidence for improvement in management and survival. Gut 2002; 51: 60-64.