Rechercher un texte

16 résultat(s)

La prise en charge des tumeurs neuroendocrines du fundus gastrique

La prise en charge des carcinomes neuroendocrines peu différenciés ­gastriques (G3 de la classification OMS 2010) ne différant pas de celle des autres tumeurs de même type et d’autres localisations...

POST’U 2012 – Paris

Anapath

Appendicite aiguë : Antibiotiques ou chirurgie

Liens d’intérêt Board : Ipsen, Novartis, Keocyt, AAA Invitation/Orateur : Abbvie, Ferring, Ipsen, Novartis, Hospira, Pfizer Subventions de recherche :Lire la suite

POST'U 2017 - Paris

Colo-proctologie,  Gastro-entérologie

Atelier - Les tumeurs neuro-endocrines bien différenciées

Le référentiel de prise en charge des tumeurs neuro-endocrines (TNE) en France est le thésaurus national de cancérologie digestive (TNCD)Lire la suite

POST’U 2016 – Paris

Cancérologie

Les tumeurs neuroendocrines gastriques

Les tumeurs neuroendocrines gastriques ont longtemps été considérées comme rares. L’augmentation du nombre des examens endoscopiques et les progrès effectués dans la connaissance et la détection de ces lésions ont...

POST’U 2012 – Paris

Anapath

Prise en charge des tumeurs carcinoïdes du tube digestif

PDF Diaporama Vidéo Objectifs pédagogiques Connaître la définition Connaître les principales localisationset leurs conséquences Connaître le bilan préthérapeutique Introduction LesLire la suite

POST’U 2010 – Paris

Gastro-entérologie

Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI) : Quelle place pour les traitements conventionnels?

PDF Diaporama Vidéo Abréviations : 6-MP : 6-mercaptopurine AMM : Autorisation de Mise sur le Marché AZA : Azathioprine HNRLire la suite

Traitement d’entretien de la maladie de Crohn

PDFVidéo L'histoire naturelle de la maladie de Crohn est caractérisée, dans la plupart des cas, par des phases d'activité al­ternantLire la suite

Editorial – POST’U 2012

La FMC-HGE est une structure originale fédérant des médecins libéraux, des centres hospitaliers généraux et universitaires dont le but est d’organiser la Formation Médicale Continue lors des Journées d’Hépatogastroentérologie et...

POST’U 2012 – Paris

Entéropathies médicamenteuses

Introduction L’intestin est un des organes les plus souvent (20-40 %) mis en cause dans les effets indésirables des médicaments [1].Lire la suite

POST'U 2015 - Paris

Colo-proctologie,  Gastro-entérologie

 Atelier - Tumeurs sous-muqueuses œsogastriques : quand les confier au chirurgien ?

Les tumeurs sous-muqueuses (TSM) oeso-gastriques peuvent se développer à partir des différentes couches de la paroi digestive de la partie profonde de la muqueuse jusqu’à la séreuse. Le terme de...

POST’U 2013 – Paris

Chirurgie

Comment optimiser une préparation de coloscopie ?

La qualité de la préparation colique conditionne la fiabilité de la coloscopie car la présence de résidus stercoraux diminue la sensibilité de l’examen en cachant des lésions de petite taille...

POST’U 2011 – Paris

Colo-proctologie

MICI et cancers de l’intestin

Les cancers de l’intestin associés à la maladie de Crohn (MC) et à la rectocolite hémorragique (RCH) ne représentent qu’une petite proportion de l’ensemble des cancers de l’intestin : environ...

POST’U 2011 – Paris

MICI

Traitement chirurgical de la maladie de Crohn

Contrairement à la rectocolite hémorragique (RCH), la MC peut toucher n’importe quel segment du tube digestif, de la bouche à l’anus, avec une prédilection pour l’iléon terminal et la région...

POST’U 2011 – Paris

MICI

Les polypes gastriques

PDFDiaporamaVidéo Formations saillantes sessiles ou pédiculées, les polypes gastriques sont observés au cours de 2 à 5% des endoscopies hautes.Lire la suite

Evolution des stratégies thérapeutiques au cours des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI)

PDFDiaporamaVidéo Dès leur démembrement dans les années 1930-1950, les MICI sont apparues comme des affections chroniques, évoluant le plus souventLire la suite

Reflux gastro-oesophagien non acide

PDFDiaporamaVidéo Le concept du reflux non-acide La pathogénie du reflux gastro-so-phagien est multifactorielle. A côté des anomalies motrices atteignant leLire la suite