Atezolizumab-bevacizumab dans le CHC avancé, l’étiologie ça compte ?

Position du problème

La combinaison atezolizumab - bevacizumab est actuellement le gold standard du traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé. Certaines études suggèrent que l'étiologie de l'hépatopathie chronique sous jacente influence la réponse aux inhibiteurs de checkpoint immunitaire (ICIs). Ce travail évalue l'impact de la maladie stéatosique métabolique MASLD ainsi que des facteurs de risques métaboliques (FDRmet).

Méthode

Il s'agit d'une étude observationnelle multicentrique française. Les facteurs de risques métaboliques suivants ont été évalués : BMI > 30kg/m2, dyslipidémie, diabète de type 2 et hypertension artérielle. L'étiologie MASLD était définie par une consommation d'alcool < 30g/j chez l'homme et 20g/j chez la femme avec exclusion des autres causes d'hépatopathies chroniques. Leur impact sur la survie globale (SG) et la survie sans progression (SSP) a été mesuré.

Résultat

Les données de 295 patients ont été analysées : hommes (84%), âge médian de 66 ans, avec cirrhose (81%) dont Child Pugh A (73%). L'étiologie MASLD concernait 13% des patients, 27% avaient un FDRmet, 23% deux, 15% trois et 6% quatre. Le CHC était principalement classé BCLC C (62%), multinodulaire (76%). Avec un suivi médian de 10,3 mois, la SSPm était de 6,5 mois et la SGm de 15,6 mois. En analyse multivariée, il n'y avait pas de différence de SSP et SG en fonction de l'étiologie de l'hépatopathie chronique. De plus, la SSP ne différait pas en fonction du nombre de FDRmet. Cependant, la dyslipidémie était un facteur indépendant associé à une moins bonne SG.

Conclusion

La combinaison atezolizumab-bevacizumab reste efficace dans le CHC avancé, quel que soit l'étiologie de l'hépatopathie chronique sous jacente et le nombre de facteurs de risque métaboliques associés.

Alexia GONZALEZ, Marseille