Pas de conflit d’intérêt Mots-clés : cirrhose, défaillance d’organe, décès à court terme. La décompensation aiguë (DA) de la cirrhose conduit à l’hospitalisation des malades atteints de cirrhose. La décompensation aiguë est définie par l’apparition récente d’une ascite, un épisode d’encéphalopathie hépatique, une hémorragie digestive, un épisode infectieux ou n’importe quelle combinaison de ces critères. Jusqu’à il y a peu de temps, l’expérience clinique des hépatologues leur faisait penser qu’il y avait deux catégories de DA : la première dite traditionnelle, de bon pronostic à court terme et la seconde, appelée « acute-on-chronic liver failure » (ACLF) plus complexe, associée à des défaillances d’organe et de mauvais pronostic. Cependant, le syndrome « ACLF » n’avait pas de définition fondée sur l’évidence et les définitions jusqu’alors proposées étaient en fait des opinions d’expert, certes estimables mais dont la validité et la reproductibilité n’avaient pas été vérifiées prospectivement. En 2011, une étude européenne, multicentrique, observationnelle prospective, appelée CANONIC a été conduite dans le but d’établir les critères diagnostics de l’ACLF. L’étude CANONIC s’est faite sous l’égide de l’European Association for the Study of the Liver (EASL)-Chronic Liver Failure (CLIF) Consortium ». L’étude CANONIC était par définition une étude agnostique ; les seuls critères préspécifiés dans le protocole de l’étude étaient que : a) le malade soit admis à l’hôpital pour DA ; b) le diagnostic des défaillances d’organes soit fait à l’inclusion des malades à l’aide d’un score dérivé du « Sequential…