LIENS D’INTÉRÊTS Intercept, Arrow, Cymabay, Genkyotex, GSK MOTS-CLÉS Réponse biologique ; Acide obéticholique ; Bézafibrate ABRÉVIATIONS AUDC : acide ursodésoxycholique, CBP : cholangite biliaire primitive, PAL : phosphatases alcalines, ASAT : aspartate amino-transférases, ALAT : alanine amino-transférases, HAI : hépatite auto-immune, CSP : cholangite sclérosante primitive, AMM : autorisation de mise sur le marché, LPAC : low phospholipid-associated cholelithiasis, AFEF : association française pour l’étude du foie, EASL : European association for the study of the liver, TH : transplantation hépatique, AUROC : area under the ROC curve Introduction L’acide ursodésoxycholique (AUDC) est le principal médicament utilisé en pratique clinique dans les maladies cholestatiques. Il est le seul traitement de référence de la cholangite biliaire primitive (CBP) faisant désormais consensus au sein de la communauté médicale internationale (1, 2). En France, l’AUDC bénéficie aussi d’une AMM pour le traitement de la cholangite sclérosante primitive (CSP), mais ce traitement n’est pas reconnu au niveau international car il n’a pas prouvé son efficacité dans les essais de phase 3. D’autres indications de l’AUDC (cholestase gravidique, atteinte cholestatique de la mucoviscidose, cholestase familiale progressive de type 3, syndrome LPAC) sont plus marginales et présentent un niveau de preuve d’efficacité encore plus faible. À ce jour, le concept de résistance à l’AUDC et les stratégies thérapeutiques développées pour y faire face ne s’appliquent qu’à la CBP. Définir la résistance à l’AUDC Le concept de résistance à l’AUDC est né dès les premiers essais réalisés dans les années…