Introduction, terminologie et repérage Les conséquences hépatiques de la consommation excessive d’alcool représentent la première cause de décès liée au foie dans les pays occidentaux et tout particulièrement en Europe et en France (40 % de tous les décès de cause hépatique). Après un premier texte de prise en charge publié en 2012 1, l’European Association for the Study of the Liver (EASL) a actualisé ses recommandations en 2018 en termes d’épidémiologie, de diagnostic et de traitement. Tout comme le texte précédent, la méthodologie a consisté en une revue de la littérature scientifique par un groupe d’experts, selon la méthode GRADE. Le premier changement proposé dans le nouveau document 2 est un changement de terminologie. En effet, de nombreux experts soulignent le fait que l’adjectif « alcoolique » est connoté péjorativement et ressenti comme dégradant par les patients. Il a ainsi été proposé de remplacer « alcoholic » par « due to alcohol » ou par « alcohol-related ». Les experts français vont bien entendu devoir proposer une traduction française de cette nouvelle terminologie, mais il semble que « cirrhose liée à l’alcool » et que « maladie du foie liée à l’alcool » doivent remplacer « cirrhose alcoolique » et « maladie alcoolique du foie ». Le texte de l’EASL insiste sur le poids épidémiologique de la consommation excessive d’alcool et sur les données récentes sur ce sujet. Ainsi, il est estimé que 5,1 % de toute la morbi-mortalité…