LIENS D’INTÉRÊTS Medtronic, Coloplast MOTS-CLÉS Incontinence anale, ralentisseurs du transit, rééducation, neuro modulation Introduction L’incontinence anale (IA) est un symptôme invalidant défini par l’émission involontaire de gaz et/ou de selles liquides ou solides. Sa prévalence en France est de l’ordre de 5 à 10 % tout âge confondu (1). Néanmoins, ce chiffre sous-estime vraisemblablement la réalité en raison du tabou qui entoure encore ce symptôme comme l’avait démontré une étude réalisée en région Rhône-Alpes indiquant que 80 % des praticiens (médecins traitants et gynécologues) ignoraient l’IA de leurs patients (2). L’IA peut être due à des maladies neurologiques (sclérose en plaques, lésion médullaire, démence, accident vasculaire cérébral…), à des maladies générales (diabète, sclérodermie…) ou à des causes locales périnéales. Dans ces derniers cas, les lésions obstétricales sont au premier rang des étiologies avec les ruptures sphinctériennes anales (30 % des primipares) et les neuropathies d’étirement. Les autres causes locales sont les séquelles de radiothérapie, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et la chirurgie ano-rectale. Plus récemment, une étude a montré qu’une pratique sportive intensive (plus de 8 h de sport par semaine) était un facteur de risque d’IA dans une population de femmes jeunes sans antécédent obstétrical (3). Enfin, il est important de noter que la constipation distale chronique avec efforts de poussée exagérés répétés peut être à l’origine d’une IA par neuropathie d’étirement et que, dans ce cas, la prévention joue un rôle fondamental. Place des explorations dans l’IA…