Introduction La rupture de varices œsophagiennes (RVO) est la principale cause d’hémorragie digestive haute liée à l’hypertension portale chez les patients atteints de cirrhose. C’est l’une des principales causes de mortalité chez ces malades [1]. La mortalité du premier épisode hémorragique est d’environ 15 à 20 % [2]. Le traitement de la rupture de varices œsophagiennes est bien codifié et détaillé dans les recommandations américaines et de Baveno VI [3]. Des mesures non spécifiques doivent être mises en place en urgence. Le traitement spécifique de la RVO associe un traitement vaso-actif, un traitement endoscopique par ligature de varices œsophagiennes (LVO) et une antibiothérapie prophylactique. De plus, depuis 2010, les patients les plus à risque de récidive hémorragique doivent bénéficier d’un TIPS (transjugular portosystemic intrahepatic shunt) précoce. Chez tous les patients atteints de cirrhose, le dépistage des VO doit avoir lieu. S’il existe des VO de grande taille, une prophylaxie primaire doit être débutée : elle comporte soit des béta-bloquants non cardio-sélectifs, soit du carvedilol, soit des LVO. La prophylaxie secondaire est double : elle associe des béta-bloquants non cardio-sélectifs et des LVO. Un TIPS doit impérativement être discuté en prophylaxie secondaire chez les patients qui ont une contre-indication aux béta-bloquants non cardio-sélectifs. Prise en charge de la rupture de VO à la phase aiguë Mesures non spécifiques Préparation de l’estomac La préparation de l’estomac à l’endoscopie est un temps essentiel de la prise en charge des RVO car la qualité…