Introduction L’échoendoscopie (EE) a permis une meilleure identification de l’extension pariétale et ganglionnaire des tumeurs du tractus digestif et de la sphère bilio-pancréatique. Cependant, l’EE ne permet pas de distinguer le caractère bénin ou malin des ganglions des masses pancréatiques ou des compressions extrinsèques du tube digestif. Le développement depuis ces 25 dernières années de l’EE linéaire a permis de réaliser des biopsies guidées de ce type de lésion. Parallèlement la biopsie guidée sous EE a été le premier pas du développement de l’EE interventionnelle. Ce développement a été rendu possible grâce à l’avènement des échoendoscopes thérapeutiques ayant un large canal opérateur. Les indications, les résultats et les complications des drainages biliaires guidés par EE La mise en place d’une prothèse biliaire par voie endoscopique est la méthode la plus répandue pour traiter un ictère obstructif, le plus souvent d’origine maligne. Mais dans 3 à 12 % des cas, le cathétérisme sélectif de la papille majeure est mis en échec notamment en raison d’une obstruction duodénale ou d’une chirurgie préalable (gastrectomie des 2/3, duodéno-pancréatectomie céphalique). Le traitement chirurgical ou le drainage biliaire par voie percutanée doivent alors être proposés. Celui-ci nécessite des voies biliaires intra-hépatiques dilatées et il s’accompagne d’un taux de complications de 20 à 30 % dont les plus fréquentes sont le cholépéritoine et/ou l’hémopéritoine. La chirurgie palliative pour drainage des voies biliaires s’accompagne de taux de morbidité et de mortalité voisins de 35 à 50 % et…