Liens d’intérêt Biocodex, Kyowa Kirin, Norgine, Mayoly Spindler, Tillots Pharma, Servier Mots-clés Syndrome de l’intestin irritable ; microbiote, probiotiques Abréviations SII : Syndrome de l’Intestin Irritable SII-D : SII avec diarrhée prédominante,  SII-C : SII avec constipation prédominante,  SII-M : SII mixte (avec alternance de diarrhée et constipation) CFU : colony-forming unit FDA : Food and Drug Administration EMA : European Medicines Agency Introduction Le syndrome de l’intestin irritable (SII), qui fait partie dans la nouvelle appellation de la classification de Rome IV des « désordres des interactions de l’axe cerveau-intestin » (anciennement appelés « troubles fonctionnels intestinaux) (1) est une maladie chronique très fréquente avec une prévalence d’environ 4,4 % à 4,8 % aux États-Unis, Royaume-Uni et Canada (2) et aussi en France (3). En pratique clinique, le SII se caractérise actuellement par des douleurs abdominales récurrentes au moins une fois par semaine, existant depuis plus de 6 mois et associées à des troubles du transit de nature variable certaines avec constipation prédominante (SII-C), diarrhée prédominante (SII-D), des formes mixtes (SII-M) avec alternance de diarrhée et de constipation et des formes inclassées (cf. critères de Rome IV, tableau 1). Les ballonnements, pourtant très fréquents et parfois au premier plan, ne font pas partie de la définition (4). Le SII qui touche le plus souvent les femmes et les sujets de moins de 50 ans est un motif fréquent de consultation en gastro-entérologie. Les symptômes du SII peuvent affecter de manière importante la qualité de vie (5) et les patients notamment ceux avec des formes sévères sont souvent insatisfaits des traitements qui leurs sont proposés (6). Aussi des études ont montré que les patients seraient prêts à renoncer à 10 à 15 ans d’espérance de vie pour une guérison immédiate ou à accepter un risque de décès de 1 % avec un médicament qui pourrait guérir leurs symptômes (7). Le SII représente un fardeau important pour les systèmes de soins dans le monde entier. Les coûts médicaux directs attribués au SII aux États-Unis, hors prescription et médicaments en vente libre, sont estimés à 1,5 à 10 milliards de dollars par an (8) et le reste à charge pour les patients eux-mêmes avec des traitements non remboursés est souvent important, pouvant parfois atteindre l’équivalent de plus de 250 euros par trimestre pour des traitements sans ordonnance et des traitements alternatifs (9). Une étude réalisée en France avec les adhérents de l’Association…