Faut-il exiger une cicatrisation muqueuse complète dans la maladie de Crohn ?

Position du problème

La cicatrisation endoscopique, définie dans les recommandations STRIDE II par un score SES-CD <3 ou CDEIS <3, est la cible thérapeutique à atteindre dans la maladie de Crohn (MC). Exiger une définition plus stricte (cicatrisation complète avec des scores à 0) pourrait diminuer le risque de complications. Cette étude avait pour but d'évaluer l'impact de différentes définitions de cicatrisation endoscopique sur l'histoire naturelle de la MC.

Méthode

Il s'agissait d'une étude prospective multicentrique menée entre 09/2019 et 12/2022, ayant inclus tous les patients avec MC ayant une cicatrisation endoscopique classée CDEIS <4 sur leur coloscopie de réévaluation. Elle a comparé les taux de rechute entre les patients ayant une cicatrisation endoscopique complète (CDEIS = 0) et ceux ayant une cicatrisation endoscopique partielle (CDEIS <4), durant un suivi de 2 ans.

Résultat

133 patients avec MC ont été inclus. La localisation principale était iléo-colique, avec forme inflammatoire dans 60% des cas. Les patients étaient majoritairement traités par anti-TNF (>70% des cas). Le délai médian de réévaluation endoscopique était de 13 mois. Le taux de rechute (suivi médian de 22 mois) était significativement plus élevé chez les patients ayant une cicatrisation endoscopique partielle vs complète (41% vs 23% ; p=0,026). Les taux d'hospitalisation et de recours à la chirurgie étaient également significativement plus élevés dans le groupe cicatrisation partielle. Une cicatrisation muqueuse complète allongeait le délai avant rechute.

Conclusion

Une cicatrisation endoscopique complète diminue le risque de complications (rechute, hospitalisation et chirurgie) comparativement à une cicatrisation partielle, dans la MC. Une exigence plus stricte de cicatrisation endoscopique, combinée à l'arrivée de nouveaux traitements, pourrait potentiellement changer l'histoire naturelle de cette maladie.

Adrien PATENOTTE, Lyon