Métastases hépatiques du cancer colorectal à haut risque de récidive : la chimiothérapie intra-artérielle hépatique (CIAH) adjuvante améliore la survie sans récidive hépatique et globale à 5 ans : étude PACHA-01 PRODIGE 43

Position du problème

La chimiothérapie systémique par LV5FU associée à l'administration intraveineuse (IV) d'Oxaliplatine constitue le traitement de référence après résection de métastases hépatiques d'un cancer colorectal (CCR). L'administration intra-artériel hépatique (CIAH) d'Oxaliplatine a été proposée en association au LV5FU pour réduire le risque de récidive métastatique hépatique. Or aucune étude n'a comparé ces deux modalités de traitement. L'étude PACHA-01 PRODIGE 43 compare prospectivement les schéma LV5FU+CIAH et LV5FU+Oxaliplatine IV en adjuvant chez les patients à haut risque de récidive de CCR.

Méthode

Il s'agit d'une étude française de phase II, multicentrique et prospective, menée entre 2015 et 2022 sur une population de 100 patients à haut risque de récidive métastatique hépatique après résection chirurgicale d'au moins 4 lésions hépatiques. Le critère de jugement principal était la survie sans récidive hépatique (SSRh) à 5 ans, les critères secondaires, la tolérance, la possibilité d'effectuer au moins 4 cycles d’Oxaliplatine, la survie globale (SG) et le type de récidive.

Résultat

Entre 2015 et 2022, 100 patients ont été inclus et randomisés. Il existe une supériorité de la CIAH comparativement à la chimiothérapie systémique seule en terme de SSRh à 5 ans (25 vs 12 mois; HR 0,63, p=0,05). et en survie globale. Malgré un taux de toxicité de grade III significativement plus important dans le groupe CIAH, les deux groupes ne différaient pas en ce qui concerne la possibilité de réaliser au moins 4 cures du traitement.

Conclusion

L'étude PACHA-01 PRODIGE 43 apporte des données pertinentes concernant l'efficacité de la CIAH en situation adjuvante chez les patients à haut risque de récidive métastatique hépatique. Elle démontre en effet un bénéficie significatif sur le plan de la SSRh, de la SG à 5ans, avec une faisabilité qui semble comparable à celle de l'administration IV d'Oxaliplatine. Ces résultats justifient la réalisation d'une étude de phase 3 afin de valider le positionnement de traitement.

Philippe ONANA, Nice