Radiofréquence percutanée et transplantation de sauvetage si récidive : est-ce une bonne stratégie?

Position du problème

Le traitement des carcinomes hépatocellulaires (CHC) sur cirrhose par radiofréquence percutanée multi-bipolaire (RF) en 1ere ligne, en gardant la possibilité d'une éventuelle transplantation hépatique (TH) de sauvetage si récidive, permet une épargne de greffon mais les résultats à long terme de cette stratégie sont mal connus.

Méthode

Il s'agit d'une étude monocentrique évaluant les patients ''transplantables'', traités par RF en première intention entre 2009 et 2019 pour un 1er CHC développé sur cirrhose. Les caractéristiques cliniques et tumorales des patients ont été collectées, et l'association entre ces variables et les événements oncologiques a été évaluée.

Résultat

Parmi les 435 patients traités par RF, 172 étaient considérés comme transplantables. Une ablation complète a été réalisée chez 99%, avec une meilleure survie médiane globale par rapport aux non-transplantables (87 mois vs 45 mois). L'âge et le score Meld >10 étaient indépendamment associés à un mauvais pronostic. Les taux de récidive locale ou à distance étaient respectivement de 24% et 69% à 10 ans. Les patients en récidive locale recevaient un 2eme traitement percutané. À la récidive à distance, 69% des patients étaient toujours transplantables et 41 patients ont été transplantés. La survie globale à 5 ans après transplantation était de 72% et la récidive tumorale à 5 ans de 2.4%

Conclusion

La stratégie RF en première intention suivie d'une transplantation en cas de récidive intrahépatique à distance offre un bon pronostic à long terme si le Meld est <10, tout en préservant des greffons. 66% des patients restent transplantables après récidive à distance et la survie globale après TH est de 72%. Cette étude conforte cette stratégie mais des données supplémentaires sur la survie globale des patients n'ayant pas eu accès à la transplantation après récidive sont cependant nécessaires.

Giulia PASI