Traitement par atezolizumab + bevacizumab du CHC en vie réelle : données de la cohorte CHIEF

Position du problème

La combinaison atezolizumab + bevacizumab est le traitement de première ligne de référence du carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé ou non éligible à une thérapie locorégionale. L'essai de phase III IMbrave150 a montré sa supériorité par rapport au sorafénib avec un taux de réponse objective de 30%. Cependant, les patients étaient très sélectionnés (exclusion des patients child B, étiologie VHB prédominante) Qu'en est-il des résultats de cette combinaison en vie réelle française ?

Méthode

Les données sont issues de patients de la cohorte CHIEF avec un recueil prospectif effectué de juillet 2020 à janvier 2023. Etaient évalués la survie globale (SG) et sans progression (SSP), le taux de réponse objective ainsi que l'influence des caractéristiques à l’inclusion sur les événements au cours du suivi.

Résultat

Les données de 552 patients atteints de CHC traités en première ligne par la combinaison ont été analysées. Il s'agissait majoritairement d'hommes (86%) avec un âge médian de 68 ans avec une cirrhose (77%) Child Pugh A (81%). L'étiologie de l'hépatopathie chronique était principalement l'alcool (58%). Le CHC était classés BCLC C dans 67% des cas avec 31% d'invasion vasculaire et 27% de dissémination extra hépatique. La médiane de suivi était de 21,2 mois, le taux de réponse objective après la première évaluation était de 27% avec 22% de patients qui ont progressé. Le taux de SG à 1 an était de 66% et n'était pas lié à l'étiologie sous jacente. La médiane de SSP était de 4.6 mois.

Conclusion

Ces résultats sont similaires à ceux de l'essai IMbrave 150 en termes de survies et de taux de réponse objective. Ils confirment l'efficacité du traitement en vie réelle dans une cohorte française de patients

Alexia GONZALEZ, Marseille